Ingénierie sociale : Les 9 exemples les plus terribles

Par Tibor Moes / Mise à jour : janvier 2024

Ingénierie sociale : Les exemples les plus terribles

L’ingénierie sociale est une technique de manipulation sophistiquée qui exploite la psychologie humaine pour contourner les pratiques de sécurité standard.

Dans cet article, nous allons explorer neuf des attaques d’ingénierie sociale les plus connues, en révélant comment elles ont été exécutées et leurs impacts significatifs sur les organisations et les individus.

Qu’est-ce que l’ingénierie sociale ? L’ingénierie sociale est l’art de tromper les gens pour qu’ils donnent des informations sensibles. C’est comme un vol à la tire numérique, où le voleur utilise la manipulation et la persuasion, et non la force physique, pour voler vos précieuses données.

  • Virus ILOVEYOU (2000) : Un ver informatique qui s’est fait passer pour une lettre d’amour et qui s’est rapidement répandu dans le monde entier. Il a infecté plus de dix millions d’ordinateurs personnels sous Windows.
  • Violation des données de Target (2013) : Une violation massive de la sécurité chez Target Corporation a conduit à l’exposition des données de paiement de millions de clients. Environ 40 millions de comptes de cartes de crédit et de débit ont été compromis.
  • Le piratage de Sony Pictures (2014) : Une attaque contre Sony Pictures a permis de divulguer une multitude d’informations sensibles, causant d’importants préjudices financiers et de réputation. Sony Pictures a alloué 15 millions de dollars à la gestion des dommages causés par le piratage.
  • Anthem Inc. Breach (2015) : Une importante violation des données de santé a exposé les informations personnelles de près de 79 millions de personnes. Anthem a réglé la question de la violation des règles de confidentialité et de sécurité de l’HIPAA pour un montant de 16 millions de dollars.
  • Fuite de courriels du Comité national démocrate (2016) : Des milliers de courriels et de pièces jointes du DNC ont fait l’objet d’une fuite publique, ce qui a eu un impact sur le paysage politique américain. La fuite comprenait 19 252 courriels et 8 034 pièces jointes.
  • Bad Rabbit Ransomware (2017) : Une attaque de ransomware qui chiffrait les données des utilisateurs et exigeait un paiement en bitcoins. Les attaquants ont fixé la rançon à 0,05 bitcoins, soit environ 290 dollars à l’époque.
  • Escroquerie par hameçonnage de Google et Facebook (2013-2015, révélée en 2017) : Il s’agit d’un système frauduleux qui a permis à deux géants de la technologie de se faire dérober une somme d’argent considérable. L’escroc a volé un total de 100 millions de dollars à Google et Facebook.
  • Arnaque au bitcoin sur Twitter (2020) : Une cyberattaque sur Twitter a utilisé des comptes très connus pour promouvoir une escroquerie au bitcoin. L’escroquerie a permis d’amasser plus de 100 000 dollars en bitcoins.
  • Attaque de la chaîne d’approvisionnement de SolarWinds (2020) : Violation sophistiquée qui a compromis la chaîne d’approvisionnement en logiciels, affectant de nombreuses organisations. Jusqu’à 18 000 utilisateurs du logiciel Orion de SolarWinds pourraient avoir été touchés.

Ne soyez pas victime de la cybercriminalité. Protégez votre PC avec le meilleur antivirus et votre vie privée avec le meilleur VPN.

Exemples d’ingénierie sociale

1. Virus ILOVEYOU (2000)

En l’an 2000, un ver informatique insidieux connu sous le nom de virus ILOVEYOU est apparu, provoquant une crise mondiale de la sécurité numérique. C’est le 5 mai que cette pièce jointe à un courrier électronique, apparemment innocente, a commencé son voyage, déguisée en lettre d’amour.

L’impact a été immédiat et stupéfiant : plus de dix millions d’ordinateurs personnels Windows ont été infectés, comme l’a rapporté Wired.

Ce virus exploitait non seulement les vulnérabilités du logiciel, mais il jouait aussi sur la curiosité naturelle de l’homme et son désir de connexion. Il rappelle brutalement qu’un simple clic peut entraîner un chaos généralisé dans le monde numérique.

2. Violation des données de Target (2013)

En 2013, nous avons assisté à l’une des brèches les plus importantes de l’histoire du commerce de détail. Le 19 décembre, Target Corporation, un géant du secteur de la vente au détail, a confirmé un scénario cauchemardesque : environ 40 millions de comptes de cartes de crédit et de débit ont été exposés en raison d’une faille dans leur réseau.

Cet incident, décrit dans un rapport de la commission sénatoriale américaine sur le commerce, les sciences et les transports, n’était pas seulement une violation de la sécurité numérique, c’était aussi une violation de la confiance des clients.

Elle a mis en évidence les conséquences dévastatrices des attaques par ingénierie sociale, où des tactiques sophistiquées ont été utilisées pour infiltrer le réseau de Target, ce qui a finalement conduit à un vol massif de données. Cette violation a servi de signal d’alarme pour le secteur de la vente au détail, soulignant la nécessité de mettre en place des mesures de cybersécurité solides.

3. Piratage de Sony Pictures (2014)

En 2014, Sony Pictures a été victime d’une cyberattaque qui est allée bien au-delà du simple désagrément numérique, marquant un événement important dans l’histoire des cyberattaques d’entreprises.

Cette attaque, qui a attiré l’attention des médias, a entraîné la divulgation de données confidentielles, notamment des informations personnelles sur les employés de Sony Pictures et leurs courriels, des copies de films inédits de Sony et d’autres données critiques.

Les répercussions financières ont été considérables. Au cours du premier trimestre 2015, Sony Pictures a dû débourser la somme astronomique de 15 millions de dollars pour gérer les dommages causés par le piratage, comme l’a rapporté le Time.

Cet incident a non seulement mis en évidence les coûts financiers associés à de telles violations, mais il a également suscité de vives inquiétudes quant au respect de la vie privée et à la sécurité des informations d’entreprise.

4. Anthem Inc. Breach (2015)

La faille d’Anthem Inc. en 2015 est un exemple frappant des vulnérabilités de la sécurité des données de santé. Selon le ministère américain de la santé et des services sociaux (HHS), cette faille a exposé les informations personnelles d’environ 78,8 millions de personnes.

Les données compromises comprenaient des noms, des dates de naissance, des numéros de sécurité sociale, des identifiants de soins de santé et d’autres informations sensibles. À la suite de cette violation, Anthem a accepté de payer 16 millions de dollars à l’Office for Civil Rights (OCR) du HHS. Ce paiement s’inscrit dans le cadre d’un règlement pour violation des règles de confidentialité et de sécurité de la loi sur la portabilité et la responsabilité en matière d’assurance maladie (Health Insurance Portability and Accountability Act – HIPAA).

La faille d’Anthem n’a pas seulement été une catastrophe financière, mais aussi une violation évidente de la confiance des patients, soulignant le besoin critique de mesures strictes de sécurité des données dans le secteur des soins de santé.

5. Fuite de courriels du Comité national démocrate (2016)

La fuite des courriels du Comité national démocrate (DNC) en 2016 a été un événement sismique dans le monde de la politique, soulignant la vulnérabilité des communications numériques dans l’arène politique.

Comme le rapporte le Washington Post, cette fuite concerne une collection stupéfiante de 19 252 courriels et 8 034 pièces jointes provenant du DNC, l’organe directeur du parti démocrate des États-Unis. L’impact de cette brèche a été profond, non seulement par son ampleur, mais aussi par le moment où elle s’est produite, à la veille de la convention démocrate.

La fuite a révélé des délibérations internes et des communications confidentielles, entraînant d’importantes répercussions politiques et un débat animé sur la cybersécurité dans les organisations politiques. Cet incident a rappelé de manière brutale la nécessité de mettre en place des mesures de sécurité numérique solides dans les entités politiques et les conséquences potentielles d’une violation de ces mesures.

6. Bad Rabbit Ransomware (2017)

L’année 2017 a vu l’émergence du ransomware Bad Rabbit, une cyberattaque qui a ciblé aussi bien les organisations que les consommateurs. Les attaquants ont exigé une rançon de 0,05 bitcoins, soit l’équivalent d’environ 290 dollars à l’époque, comme le note Moonlock.

Pour donner un ordre d’idée, ce montant s’élèverait aujourd’hui à environ 1 070 dollars. Bad Rabbit s’est rapidement répandu, chiffrant les données des ordinateurs infectés et exigeant une rançon pour obtenir les clés de déchiffrement.

Cette attaque a mis en évidence la nature évolutive des cybermenaces et l’importance de maintenir des mesures de sécurité à jour. Elle a également mis en évidence la tendance croissante à utiliser des crypto-monnaies dans les attaques par ransomware, ce qui ajoute une couche de complexité à l’économie de la cybercriminalité et à sa traçabilité.

7. Escroquerie Google et Facebook (2013-2015, révélée en 2017)

Entre 2013 et 2015, une escroquerie monumentale par hameçonnage s’est déroulée, ciblant deux des plus grands noms de l’industrie technologique : Google et Facebook.

Evaldas Rimasauskas, le cerveau de ce projet, a orchestré une fraude sophistiquée qui a permis de détourner la somme colossale de 100 millions de dollars de ces géants de la technologie, comme l’a rapporté BBC News. L’escroquerie consistait à fabriquer de fausses factures et à se faire passer pour un fabricant asiatique légitime, avec lequel Google et Facebook effectuent régulièrement des transactions.

Cette affaire très médiatisée a non seulement mis en évidence les vulnérabilités des entreprises, même les plus avancées sur le plan technologique, mais elle a également mis en lumière la sophistication et l’audace des cybercriminels modernes. Elle a rappelé aux organisations du monde entier l’importance de la vérification des demandes financières et les coûts potentiels de la complaisance dans les pratiques de sécurité numérique.

8. Arnaque Twitter Bitcoin (2020)

En 2020, un autre type de vol numérique a pris le monde par surprise, impliquant cette fois le géant des médias sociaux Twitter. Dans le cadre d’une cyberattaque coordonnée, 130 comptes Twitter de premier plan ont été compromis par des acteurs extérieurs. Ces comptes, appartenant à des personnalités et à des entreprises connues, ont été utilisés pour promouvoir une escroquerie au bitcoin, comme l’explique BBC News.

Les escrocs publiaient des messages incitant les internautes à envoyer des bitcoins, en promettant de doubler tout montant reçu. Ce projet audacieux a réussi à collecter plus de 100 000 dollars en bitcoins avant d’être fermé.

Cet incident a non seulement mis en évidence les vulnérabilités des plateformes de médias sociaux, mais aussi la tendance croissante à utiliser les monnaies numériques pour des activités frauduleuses. Il a souligné la nécessité de renforcer les mesures de sécurité dans les réseaux de médias sociaux et a suscité de vives inquiétudes quant à l’utilisation abusive potentielle de comptes influents pour diffuser des escroqueries ou des informations erronées.

9. Attaque de la chaîne d’approvisionnement de SolarWinds (2020)

L’attaque de la chaîne d’approvisionnement de SolarWinds, qui a été révélée en 2020, est un témoignage effrayant de la complexité et de l’ampleur des cybermenaces modernes. Cette cyberattaque sophistiquée visait le logiciel Orion, un système de gestion de réseau très répandu développé par SolarWinds.

Comme le rapporte TechXplore, SolarWinds a révélé que jusqu’à 18 000 utilisateurs de son logiciel Orion pourraient avoir été affectés par cette faille de sécurité. Les attaquants ont réussi à insérer une vulnérabilité dans les mises à jour du logiciel, ce qui leur a permis d’infiltrer les systèmes de nombreuses agences gouvernementales et de grandes entreprises dans le monde entier.

Cet incident n’a pas seulement mis en évidence les prouesses techniques des attaquants ; il a également révélé les risques inhérents à la chaîne d’approvisionnement du développement et de la distribution de logiciels. L’attaque de SolarWinds nous rappelle brutalement les conséquences considérables que peut avoir un seul point de vulnérabilité, soulignant la nécessité de protocoles de sécurité complets à chaque étape de la chaîne d’approvisionnement en logiciels.

Conclusion

En conclusion, les exemples d’attaques par ingénierie sociale que nous avons explorés – du virus ILOVEYOU largement répandu à l’attaque complexe de la chaîne d’approvisionnement de SolarWinds – démontrent la nature évolutive et sophistiquée des cybermenaces. Ces incidents soulignent la nécessité d’une vigilance constante et de mesures de sécurité solides dans les paysages numériques personnels et organisationnels.

Face à ces menaces, on ne saurait trop insister sur l’importance d’une cybersécurité solide. Il est essentiel d’investir dans des solutions de cybersécurité fiables proposées par des marques de confiance telles que Norton, Avast, TotalAV, Bitdefender, McAfee, Panda et Avira. Ces fournisseurs offrent des fonctions de protection avancées contre les plus récents cybermenaces.

Ces outils offrent non seulement une protection essentielle contre les logiciels malveillants et les virus, mais aussi des couches de sécurité pour se défendre contre les tactiques sophistiquées utilisées dans l’ingénierie sociale. En choisissant une solution antivirus fiable, les particuliers et les organisations peuvent réduire considérablement leur vulnérabilité face à ces cyberrisques en constante évolution.

Sources d’information

  1. Wired.com
  2. Commerce.senate.gov
  3. Time.com
  4. HHS.gov
  5. Washingtonpost.com
  6. Moonlock.com
  7. BBC.com
  8. BBC.com
  9. Techxplore.com

 

Auteur : Tibor Moes

Auteur : Tibor Moes

Fondateur et rédacteur en chef de SoftwareLab

Tibor a testé 39 antivirus et 30 VPN, et est titulaire d'un certificat de cybersécurité de l'université de Stanford.

Il utilise Norton pour protéger ses appareils, CyberGhost pour sa vie privée et Dashlane pour ses mots de passe.

Vous pouvez le trouver sur LinkedIn ou le contacter ici.